Publié le

Les RYTHMEURS : [IN] F.I.N.I …..

[IN] F.I.N.I propose la première sortie CD de l’album des RYTHMEURS en version augmentée de 8 titres bonus  (Démos et 1 titre de la compil Snapshot ) ainsi que l’enregistrement bootleg de leur premier concert en première partie d’Alan VEGA en mai 1982 au Grillon à Rouen . (avec livret 16 feuillets inclus)

Sortie prévue fin Octobre 2016 –

lesrythmeurs_livret-p1-16-jpg1

précommande sur http://smaprecords.fr/boutique/produits/les-rythmeurs-in-f-i-n-i-prevente-sortie-octobre-2016/

Tracklisting :

F.I.N.I  : Lp  1983

1   A l’écouteur

2  Un soupçon d’indifférence

3  Rêverie

4  Cet hôtel

5  F.I.N.I

6  Plaire , plaire

BONUS

7  Tueur à gage  ( version Snapshot )

DEMOS 1982

8  La doublure

9  Dehors le noir

10  Joli cœur

11  Tueur à gage

12  Les rois fainéants

13  F.i.n.i

14  A l’écouteur

LIVE AU GRILLON  ( Mai 1982)

15  La doublure

16  Les rois fainéants

17  A l’écouteur

18  Tueur à gage

19  Joli cœur

20   Funeste sort

21  Dehors le noir

22  F.I.N.I

Publié le

Electrophone l’Emission qui diffuse en premier ce que les autres radios ne passent jamais.

2013, retour de Closer, l’illustre label indépendant du Havre ; 2015, SMAP Records de Rouen…«I ‘m the Resurrection » des Stone Roses résume l’actualité de nombreux labels français disparus durant les années 80.
En sortant  dès 1981 les 45t des Nouveaux Riches, Nurse, Ox et Tweed, le label normand se distingue par la promotion d’un rock protéiforme puisant ses références  dans le 60’s Garage, le Punk rock et la New Wave. Cette compilation déroule le panorama et le destin musical de 23 musiciens et groupes. Très peu connurent la gloire, certains devinrent mythiques.
On songe à Devo en découvrant le surprenant remix du légendaire « Euthanasie » des Olivensteins, boosté d’urgence et de sauvagerie par l’utilisation du mythique  synthé modulaire Korg MS20. À moins qu’il ne s’agisse d’un répondeur téléphonique trafiqué, dixit le parolier Eric Tandy
Une place importante est consacrée aux formations issues de ce mythique groupe rouennais. Avec « Désabusé », lesGloires Locales brillent grâce à la verve et la profondeur des textes de Gilles Tandy, sur une musique plus posée délaissant l’attribut punk.  Son talent éclatera au sein des Rythmeurs, comme en atteste l’inédit « Dehors ». Considéré comme l’un des meilleurs albums français de cette décennie, leur album « F.i.n.i » (paru sur le label parisien New Rose) doit beaucoup à la géniale guitare de Vincent Denis, y rejoignant les sommets empruntés  outre-Atlantique par Tom Verlaine et Richard Lloyd de Television. On le retrouve ici en ouverture de compilation avec le bel instrumental «  Ma Normandie », accompagné d’une boite à rythme punk-synthé à la « Warum Joe ».
Impossible  d’oublier  Dogs,  fleuron d’un rock néo sixties qui s’essaye au Français de manière convaincante, avec en prime une quinte de toux du chanteur Dominique Laboubée sur « 25 ans ». Âge que les Nouveaux Riches ne veulent pas atteindre –No Futur ?- mais  connaissent «  Enfin l’Amour », titre issu de leur unique 45t.
Portant de beaux costumes Mods et  « Fashion », Tweed concurrence allégrement la Ligue 2 du revival  anglais d’alors (The Lambrettas, The Chords). Les textes  désabusés des Pin Ups rappellent que le mur de Berlin est encore en place, la New Wave robotique de C.K.C  réclame de l’espérance tout en dénonçant l’ennui et soignant ses rîmes.
Si tout n’est pas de qualité égale, les intentions restent  louables et exemptes de forfanterie : « Une approche plus professionnelle dans la production ne nous aurait pas sorti d’un certain anonymat » dixit  Les Rustics, Rosa Crux,Rouge Baiser ou Nurse.
Produit en son temps par Kid Pharaon, Mr Moonlight renoue avec des guitares power pop lorgnant autant sur The Nerves que The Hoodoogurus. Ils sonnent ainsi le glas des 80’s.
Beau polaroid jauni,  cette compilation agit clairement sur la fibre nostalgique. Mais qu’en attendons-nous ? D’étincelants souvenirs ou « Un Soupçon d’Indifférence » ? Les deux à la fois.

Mathieu Marmillot

http://emission-electrophone.fr/rouen-rock-explosion-1980-1990-un-soupcon-dindifference/

Lire la suite de Electrophone l’Emission qui diffuse en premier ce que les autres radios ne passent jamais.

Publié le

La Compil dans MUZZART …..

Rouen Explosion Rock 1980-1990

Un soupçon d’indifférence…
2016 – SMAP Records

Si Rouen est actuellement toujours et bien rock, regorgeant de groupes « autres », il importe de souligner que la période 1980-1990 de la ville fut non seulement l’essor, mais aussi le développement continu d’une scène toujours plus fourmillante et qui plus est indépendante, insurgée dans l’esprit et dans le son.
En 23 titres, dont une pelletée de b-sides et d’inédits, de raretés issues de vieilles K7 ou rippées depuis les vinyls d’alors, c’est ce que s’attelle à faire ici le précieux label rouennais SMAP Records. Le recueil fleure bon une époque audacieuse, foisonnante et fourmillante, et exhale bien évidemment une qualité musicale parée d’authenticité. Entre Gilles Tandy et J-M (Un monde de moi), Les Rustics qui évoquent délicieusement un…rennais –Dominic Sonic– dans son option chant en Français et après l’instru cru de Vince F.N Denis qui lance la danse, relayé par le Wild remix d’Euthanasie des Olivensteins, on y est, déjà; le ton est direct, écorché, directement jouissif. Le connu (Dogs avec leur26 ans sans concessions) côtoie le plus « caché » et on parvient sur l’ensemble à une belle unité, dont le trait d’union tient en une vigueur punky, une énergie rock’n’roll aux rides à peine décelables. Nouveaux riches cuivrent leur Enfin l’amour, Tweed fait dans la mélodie plus poppy mais débraillée (Fashion), Fin up’s balance un Berlin lui aussi sans détours et nous voilà au mitan de la compilation, non-exhaustive, on le comprendra, avec de bien bonnes éructations à s’envoyer d’une traite.
C’est don encore ça, Rouen; des petits labels, passionnés, qui avancent avec pour seules armes, et c’est beaucoup, leur intégrité et le refus de s’inscrire dans le mainstream. Et par conséquent, des formations dans le même ton, tel C.K.C et son 20h25 aux synthés virevoltants qui se voient secondés par des basses funky. Le rendu est excellent et vient casser avec brio la dynamique punk de ce qui le précède. Ca tombe bien, Flicsjoue ensuite une cold-wave de classe (Son corps gît) et s’ensuivra une nouvelle série de réalisations probantes, dont le refliting permet de sacrées découvertes.
Parmi elles et en vrac, citons Les Coolies avec Satanik, cold-punk,Tupelo soul et son saccadé, crissant Au fond du square, Nurse avec un Wild wife qui reste en tête, et un tas d’autres ritournelles qu’on jouera fort. Avant que Gilles Tandy ne vienne conclure et récidiver surLa vallée des anxieux, pop-rock mélodique de tout premier choix. C’est l’Explosion Rock, fournie et qualitative, indispensable, en parfaite « maman » de la compilation Postcard impulsée par Imperial Bedroom et s’appliquant à la scène plus récente d’une ville rouennaise où il fait décidément bon riffer et traîner ses guêtres.
Par Will Dum, le 04/05/2016 – muzzart